« J’ai besoin d’aide » – Chelsea Manning, femme trans prisonnière politique aux USA

“Je ne vais plus me laisser maltraiter dans cette prison”.

Chelsea Manning est une femme trans, ancienne analyste du renseignement de l’armée états-unienne, qui a été condamnée à 35 ans de prison par la cour martiale en juillet 2013 pour espionnage et d’autres charges. Elle est incarcérée depuis 2010 dans plusieurs prisons militaires, avec de longues périodes d’isolement, de torture psychologique, de surveillance maximum et un accès très difficile à des traitements décents concernant sa transidentité.

Chelsea Manning a commencé une grève de la faim le 9 septembre 2016 dans la prison militaire Fort Leavenworth au Kansas en protestation contre les mauvais traitements qu’elle subit depuis des années d’incarcération.

[edit 14.09.2014] Bonne nouvelle!: Chelsea Manning a finit la grève de la faim qu’elle avait commencée 5 jours plus tôt, car l’armée U.S. a accepté d’aller de l’avant pour le traitement recommandé de sa dysphorie de genre. En se basant sur la nouvelle réglementation DoD, qui définit les conditions de transition pour les personnes trans incorporées dans l’armée, les responsables lui ont affirmé qu’elle pourra être opérée! Ce qui ferait d’elle la 1ère personne trans à pouvoir être opérée en prison aux USA, ouvrant potentiellement la voie pour d’autres personnes trans incarcérées. Toutefois, l’armée continue de la menacer avec un isolement à durée indéterminée et des accusations douteuses suite à sa tentative de suicide, malgré le fait que cet acte désespéré soit du aux mauvais traitements qu’elle subit. Ses soutiens ont lancé une nouvelle pétition pour que l’armée abandonne ces accusations:
Abandonnez ces nouvelles accusations, et donnez un accès immédiat à Chelsea à des soins de santé adéquats
https://actionnetwork.org/petitions/save-chelsea
Joignez nous pour exhorter le président Obama à gracier Chelsea Manning
https://www.chelseamanning.org/pardonpetition

Chelsea Manning

Chelsea a été inculpée par l’armée étasunienne de 22 accusations, incluant “collaboration avec l’ennemi”, ce qui était la plus grave et aurait pu aboutir à une condamnation à mort, pour avoir dévoilé à WikiLeaks plusieurs centaines de milliers de documents militaires et diplomatiques. Ces “fuites” contenaient notamment des cas d’abus, de massacres de civils et de tortures perpétuées par les forces militaires états-uniennes dans les guerres en Iraq et en Afghanistan.

Elle a annoncé son désir de transition peu de temps après sa condamnation, le 22 août 2013, et a depuis mené une bataille conséquente avec les autorités militaires pour qu’on la laisse vivre son identité de genre.

Ses conditions de détention ont été qualifiées comme cruelles, inhumaines et dégradantes par le rapporteur des Nations Unies sur la torture; de nombreuses personnalités ont décrit que l’isolement carcéral et les mauvais traitements endurés par Chelsea sont comparables à de la torture psychologique et constituent une violation de la Constitution des États-Unis.

Elle a tenté de mettre fin à ces jours le 5 juillet 2016. Quand Chelsea s’est réveillée, elle a été soulagée et surprise d’être en vie. Elle a été émue par tout les messages de soutien de personnes qui souhaitent l’aider et se soucient d’elle, particulièrement depuis qu’elle se débat avec les idées douloureuses que sa situation pourrait être sans espoir.

Toutefois, même si l’armée l’a placée en situation “d’observation de santé mentale”, on l’a ironiquement empêchée d’avoir accès au soutien psychologique que sa santé mentale nécessiterait.

Apparemment, quand son psychologue n’est pas disponible, il n’y a effectivement pas d’autres alternatives adaptées. Malgré qu’elle ait eu des séances quotidiennes pendant 2 semaines après sa tentative de suicide, son psychologue a ensuite disparu pendant une semaine. Sans aucun soutien psychologique pendant une semaine entière, sa condition s’est aggravée.

Comme Chelsea l’explique, “J’ai besoin d’aide, mais je ne la reçois pas.”

Plus tard, au matin du 28 juillet, elle a été réveillée de façon abrupte, on lui a donné une feuille d’accusation. Ce document stipulait qu’elle est sous enquête pour trois accusations, sans aucune autres explications.
En plus de ces nouvelles stressantes, on lui a dit que son psychologue ne sera pas disponible pour au moins une semaine supplémentaire. Elle s’est retrouvée ainsi laissée à elle-même pour naviguer émotionnellement dans des conditions particulièrement difficiles.

Suite à sa tentative de suicide, elle se retrouve accusée par la prison militaire de nombreux motifs, particulièrement douteux, comme “résister au personnel”, “possession d’objets interdits” et “conduites qui menacent la sécurité de l’établissement”. Comme si elle avait pu toute seule dans sa cellule, en tentant de se suicider, menacer la sécurité de l’établissement, ou résister au personnel qui l’a retrouvée inconsciente…
Ces accusations peuvent la placer en détention “sécurité maximum”, en isolement à durée indéterminée, avec aucune chance pour une libération conditionnelle.

Chelsea a écrit une déclaration vendredi 9 septembre 2016 dans laquelle elle donne une explication fervente des raisons qui ont poussé sa décision d’arrêter de consommer de toute nourriture et boissons, en dehors d’eau et de médicaments prescrits. Elle a dit qu’elle a pris cette décision après 6 années d’enfermement militaire dans 5 établissement différents durant lesquels ses appels à l’aide ont été ignorés et moqués par les institutions carcérales, militaires et le gouvernement.

Chelsea Manning proteste qu’on lui a refusé de l’aide pour sa dysphorie de genre. Elle se plaint aussi d’être sujette à “un harcèlement high-tech” sous la forme d’un “contrôle administratif constant, délibéré et trop zélé par la prison et les responsables militaires”. Chelsea exige de l’armée états-unienne des garanties écrites qu’elle va recevoir tous les soins recommandés pour sa dysphorie de genre et que ce “harcèlement high-tech” s’arrête.

Après sa condamnation en août 2013, Chelsea a demandé respectueusement que le gouvernement U.S. lui donne un traitement pour sa dysphorie de genre. Après plus d’une année, elle a déposé une plainte en septembre 2014 dans laquelle elle poursuit le gouvernement afin d’obtenir les traitements appropriés pour sa dysphorie de genre. En résultat, elle a pu commencer son traitement hormonal en février 2015.
Toutefois, l’institution militaire la force à couper ses cheveux selon ses “standards pour les soldats masculins”. En tant que partie de son traitement, ses médecins recommandent qu’elle puisse adopter les “standards de longueur de cheveux féminins”. En septembre 2015, elle a amendé son procès, demandant au gouvernement de lui laisser pousser ses cheveux. La réponse du gouvernement a été “non”. Ce procès est toujours en cours.

La déclaration de Chelsea Manning :

Vendredi 9 septembre 2016

J’ai besoin d’aide. Je n’en reçoit aucune. J’ai demandé pour de l’aide de nombreuses fois pendant 6 années et à travers 5 établissements d’incarcération. Ma demande n’a fait que être ignorée, reportée, moquée; recevant un intérêt et un soutien de façade, par la prison, l’armée et cette administration.

J’ai besoin d’aide. J’ai eu besoin d’aide plus tôt cette année. J’ai été poussée au suicide à cause de manque de soins pour ma dysphorie de genre, ce qui m’a rendue désespérée. Je n’en ai reçu aucun. Je n’en ai toujours pas reçu.

J’avais besoin d’aide. Maintenant, à la place, je suis maintenant punie pour avoir survécu à ma tentative (ndt: de suicide). Quand j’étais enfant, mon père me battait régulièrement pour ne pas être assez masculine. On me disait d’arrêter de pleurer —« d’endurer » (ndt: “to suck it up” dans le texte : endurer des souffrances émotionnelles et physiques sans complaintes). Mais je ne pouvais pas arrêter de pleurer. La souffrance est juste devenue de pire en pire. Jusqu’à que je ne puisse plus endurer cette souffrance.

J’avais besoin d’aide, mais personne n’est venu. Personne ne vient maintenant.

Aujourd’hui, j’ai décidé de ne plus me laisser maltraiter par cette prison — ou par qui que ce soit du gouvernement U.S. Je n’ai rien demandé de plus que la dignité et le respect — que je croyais pouvoir recevoir — fournies à tout être humain.

Je ne crois pas que ceci devrait dépendre de facteurs arbitraires — que l’on soit cisgenre ou transgenre — militaire ou civil, citoyen ou non-citoyen. En réponse à quasiment toutes les demandes, on m’a accordé un respect et une dignité limités, voire pas du tout — juste plus de souffrance et d’angoisse.

Je ne demande plus. Maintenant, j’exige. A 12h01, le 9 septembre 2016, jusqu’à que je reçoive un standard minimum de dignité, respect et d’humanité, Je vais — refuser de couper ou raccourcir volontairement mes cheveux d’aucune façon; de consommer volontairement toute nourriture ou boissons, à l’exception d’eau et des médicaments actuellement prescrits; et coopérer avec toutes règles, réglementations, lois et ordres qui ne seraient pas en rapport avec les deux choses que j’ai demandées.

C’est une déclaration pacifiste. J’ai l’intention de la laisser la plus pacifique et non-violente que possible, pour ma part. Toute violence physique qui pourrait m’arriver par les mains du personnel militaire ou civil serait inutile et vindicative. Je ne résisterai pas physiquement ou ne blesserait quelqu’un d’autre en aucune manière. J’ai aussi envoyé une lettre “ne pas me réanimer” qui prend effet immédiatement. Ceci inclut toute tentative forcée de me couper ou de raccourcir mes cheveux ou de me nourrir de force pour toute raison médicales ou pseudo-médicales.

Jusqu’à qu’on me montre de la dignité et du respect en tant qu’être humain, je vais endurer cette douleur en face. Je suis préparée à cela mentalement et émotionnellement. Je m’attends à ce que ce supplice dure longtemps. Très probablement jusqu’à mon incapacité ou la mort. Je suis prête à cela.

J’ai besoin d’aide. S’il vous plaît, aidez-moi.

Chelsea Manning.

Pétitions pour soutenir Chelsea Manning et fonds d’aide juridictionnelle.

Nous vous encourageons à soutenir Chelsea Manning en signant ces deux pétition et en faisant des donations pour sa défense.

Join us in urging President Obama to pardon Chelsea Manning
(Joignez nous pour exhorter le président Obama à gracier Chelsea Manning)
https://www.chelseamanning.org/pardonpetition

Drop these new charges, and immediately give Chelsea access to adequate health care.
(abandonnez ces nouvelles accusations, et donnez un accès immédiat à Chelsea à des soins de santé adéquats)
https://actionnetwork.org/petitions/save-chelsea

Donation au fonds de défense pour Chelsea Manning
https://co.clickandpledge.com/sp/d1/default.aspx?wid=38591

Chelsea demande notre aide.

Nous ne pouvons laisser ses appels sans réponse !

S’il vous plaît, signez et partagez ces pétitions maintenant !

Sources:

https://www.chelseamanning.org/featured/chelsea-manning-begins-hunger-strike-protest
https://www.chelseamanning.org/featured/facinglifeinsolitary
http://tumblr.fightforthefuture.org/post/150179552133/chelsea-manning-begins-hunger-strike-to-protest
http://www.theverge.com/2016/9/9/12867164/chelsea-manning-hunger-strike-gender-dysphoria
https://www.theguardian.com/us-news/2016/sep/09/chelsea-manning-hunger-strike-bullying-wikileaks
https://www.theguardian.com/world/2014/sep/23/chelsea-manning-sues-military-gender-dysphoria-treatment