Débureaucratiser le changement de sexe et de prénom dans le registre de l’état civil.

Berne, 06.12.2019 – Les personnes transgenres ou présentant une variation du développement sexuel pourront faire modifier l’inscription de leur sexe et de leur prénom au registre de l’état civil sans complication bureaucratique. Le Conseil fédéral a pris acte des résultats de la consultation au sujet de la modification du code civil correspondante et adopté le message à l’intention du Parlement à l’occasion de sa séance du 6 décembre 2019.

Le Conseil fédéral souhaite que les besoins spécifiques des personnes transgenres ou présentant une variation du développement sexuel soient mieux pris en compte. À l’avenir, celles-ci pourront ainsi modifier rapidement et sans complication bureaucratique l’indication de leur sexe et de leur prénom par une déclaration faite devant l’officier de l’état civil, sans examens médicaux ou autres conditions préalables. Elles doivent aujourd’hui surmonter d’importantes difficultés pour le faire et le changement de sexe doit être constaté par un tribunal. En l’absence de réglementation claire, les procédures actuelles sont souvent longues et disparates.

Large soutien lors de la consultation

Les propositions du Conseil fédéral visant à simplifier la procédure de changement de sexe et de prénom dans le registre de l’état civil ont été largement approuvées par les participants à la consultation. Le projet adopté à l’intention du Parlement ne comporte de ce fait pas de différences substantielles par rapport à l’avant-projet.

La modification de l’inscription au registre de l’état civil n’a pas de conséquences sur les liens régis par le droit de la famille :si la personne est mariée, elle le demeure ; il en va de même pour les personnes en partenariat enregistré. Les liens de filiation ne sont pas non plus modifiés. Les déclarations de changement de sexe ou de prénom abusives seront refusées.

Rapport sur la question d’un troisième genre

Le projet ne remet pas en question la binarité des sexes (masculin/féminin) et ne propose donc pas l’introduction d’une troisième option de genre. Le Conseil fédéral examinera toutefois bientôt la question d’un troisième genre dans le cadre d’un rapport en réponse aux postulats 17.4121 et 17.4185, qu’il rédige en ce moment.

Transidentité et variations du développement sexuel
Par personnes transgenres ou personnes concernées par la transidentité, l’on entend les personnes dont l’identité de genre intimement perçue ne correspond pas à leurs caractères sexuels extérieurs (par ex. “un homme né dans un corps de femme”). Il n’existe pas de données fiables sur le nombre de personnes concernées par la transidentité en Suisse.
On parle d’une variation du développement sexuel lorsqu’un enfant naît avec des caractères sexuels qui ne sont ni clairement masculins ni clairement féminins. D’après une étude du Centre de compétences pour les droits humains, entre 20 et 100 nouveaux-nés dont le genre ne peut pas être déterminé avec certitude naissent chaque année en Suisse.


Adresse pour l’envoi de questions

Michel Montini, Office fédéral de la justice, T +41 58 462 58 61

Trouvez la source de l’article cliquez ici